ORFEUIL François

Photo 130

https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/01/2636925-francois-orfeuil-vigne-vin-vie-eglise.html

La vie quercynoise

Une ils sont pleins de vin doux

Délit d’images

 

Si l’on connaît bien le vin comme objet de dégustation ou prétexte à libations, il ne faudrait

pas oublier que pour les catholiques que nous sommes, il est également sujet théologique,

matière à exégèse, support de méditation. C’est la vérité simple que nous rappelle le

théologien François Orfeuil, qui vient de faire paraître aux discrètes éditions Saint-Léger

Ils sont pleins de vin doux, qui parcourt plusieurs millénaires de tradition

vétérotestamentaire puis chrétienne.

Le vocabulaire de la vigne et du vin est omniprésent dans l’Ancien Testament, matériau

d’une sagesse populaire qui tire ses leçons spirituelles des réalités du quotidien : le blé, le

figuier… la vigne. Le Nouveau Testament vient, bien entendu, s’appuyer sur ce fond,

transcendé par l’exemple et l’enseignement du Christ. Ne cherchons pas plus loin l’insigne

respect dont témoignaient nos ancêtres envers le pain et le vin. Nous ne pouvons traiter à

la légère ce qui sert, chaque jour, à faire descendre Notre Seigneur sur l’autel, à le rendre

présent à tous ceux qui le reçoivent. Voilà qui devrait susciter de graves réflexions à ceux

qui maltraitent le pain qu’ils mangent et le vin qu’ils boivent. Quant à la vigne elle-même, le

Seigneur lui a donné ses plus hauts titres de noblesse en déclarant : « Je suis la vigne

véritable et mon Père est le vigneron », avant d’ajouter « Je suis la vigne ; vous, les

sarments ». François Orfeuil ne se limite pas à parcourir attentivement les textes bibliques.

Une large partie de l’ouvrage est consacrée aux écrits des Pères de l’Eglise puis aux

traditions de l’Eglise vis-à-vis de la vigne et du vin, des premiers siècles à nos jours.

A l’homo modernicus, harassé et broyé, saint Basile de Césarée offre une belle parabole

viticole : « Une âme est sarclée quand elle écarte d’elle les soucis du monde qui sont un

fardeau pour nos cœurs. Ainsi celui qui écarte de lui-même l’amour de ce monde et

l’attachement aux richesses ou qui tient pour détestable et méprisable la passion pour

cette misérable gloriole a pour ainsi dire été sarclé, et il respire de nouveau, débarrassé

du fardeau inutile des soucis de ce monde. » Et terminons par ces vers magnifiques de

saint Venance Fortunat sur la sainte Croix : « Entre tes bras s’enlace la Vigne, d’où coule

pour nous, En abondance le doux vin qui a la rougeur du sang. »

Ils sont pleins de vin doux. La vigne et le vin dans la Bible et la tradition chrétienne.

Editions Saint-Léger. 18 euros

Pierre Saint-Servant – Présent

Nov 09

Librairie Déldims christianisme, François Orfeuil, ils sont plein de vin doux, La vigne et le

vin dans la Bible et la tradition chrétienne, vigne, vin

 

 

 

Revenir en haut de la page.